Le talent n’a pas de prix

PRIX GONCOURT

Boussole de mathias Enard ed, Actes Sud 21,80€
Boussole de Mathias Enard ed, Actes Sud 21,80€

La nuit descend sur Vienne et sur l’appartement où Franz Ritter, musicologue épris d’Orient, cherche en vain le sommeil, dérivant entre songes et souvenirs, mélancolie et fièvre, revisitant sa vie, ses emballements, ses rencontres et ses nombreux séjours loin de l’Autriche – Istanbul, Alep, Damas, Palmyre, Téhéran… -, mais aussi questionnant son amour impossible avec l’idéale et insaisissable Sarah, spécialiste de l’attraction fatale de ce Grand Est sur les aventuriers, les savants, les artistes, les voyageurs occidentaux. Ainsi se déploie un monde d’explorateurs des arts et de leur histoire, orientalistes modernes animés d’un désir pur de mélanges et de découvertes que l’actualité contemporaine vient gifler. Et le tragique écho de ce fiévreux élan brisé résonne dans l’âme blessée des personnages comme il traverse le livre. Roman nocturne, enveloppant et musical, tout en érudition généreuse et humour doux-amer, Boussole est un voyage et une déclaration d’admiration, une quête de l’autre en soi et une main tendue – comme un pont jeté entre l’Occident et l’Orient, entre hier et demain, bâti sur l’inventaire amoureux de siècles de fascination, d’influences et de traces sensibles et tenaces, pour tenter d’apaiser les feux du présent.

GRAND PRIX DE L’ACADEMIE FRANCAISE

Les prépondérants de Hedi Kadour ed. gallimard 21,80€
Les prépondérants de Hedi Kaddour ed. gallimard 21,80€

Les Prépondérants Au printemps 1922, des Américains d’Hollywood viennent tourner un film à Nahbès, une petite ville du Maghreb. Ce choc de modernité avive les conflits entre notables traditionnels, colons français et jeunes nationalistes épris d’indépendance. Raouf, Rania, Kathryn, Neil, Gabrielle, David, Ganthier et d’autres se trouvent alors pris dans les tourbillons d’un univers à plusieurs langues, plusieurs cultures, plusieurs pouvoirs. Certains d’entre eux font aussi le voyage vers Paris et Berlin, vers de vieux pays qui recommencent à se déchirer sous leurs yeux. Ils tentent tous d’inventer leur vie, s’adaptent ou se révoltent. Il leur arrive de s’aimer. De la Californie à l’Europe en passant par l’Afrique du Nord, Les Prépondérants nous entraînent dans la grande agitation des années 1920. Les mondes entrent en collision, les êtres s’affrontent, se désirent, se pourchassent, changent. L’écriture alerte et précise d’Hédi Kaddour serre au plus près ces vies et ces destins.

PRIX RENAUDOT

D'après une histoire vraie delphine de Vigan ed Lattes 20€
D’après une histoire vraie Delphine de Vigan ed Lattes 20€

Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

PRIX FEMINA

La cache de Christophe Boltanski ed. Stock 20€
La cache de Christophe Boltanski ed. Stock 20€

Le livre s’ouvre sur un simple croquis : une cuisine, une cour où une voiture est garée, une rue. Ce croquis, on le retrouve à plusieurs reprises au fil des pages, et il s’étoffe et se précise à mesure que l’histoire évolue. La cuisine et la voiture appartiennent à la famille du narrateur. Nous sommes rue de Grenelle, quartier chic de Paris.

A la manière d’un Perec et de sa Vie Mode d’emploi, Boltanski se sert de la description d’un intérieur pour évoquer le parcours d’une famille des années 40 à nos jours. La voiture, Fiat 500, est leur seul et unique moyen de locomotion. Pas une course dans Paris n’est faite sans elle. Et pendant les vacances, elle sert à la fois de moyen de transport et de lieu pour dormir, toute la famille s’y entasse. La cuisine, les chambres, ou encore la salle de bain sont ensuite décrits. Chaque description minutieuse fonctionne comme préambule à une anecdote, à un portrait : Une grand-mère force de la nature, qui a survécu à la Polio, et qui se déplace dans l’appartement perchée sur ses hauts talons, s’accrochant à tout ce qui peut l’empêcher de vaciller. Un oncle artiste, qui a transformé une pièce en atelier de création. Des petits enfants qui ont choisi la chambre parentale comme principal terrain de jeu. Un grand-père de confession juive, qui s’est caché plusieurs mois dans une toute petite pièce noire pour échapper aux autorités dans les années 40.

La force de ce texte tient peut être à sa structure. Car au lieu de se lancer dans un récit autobiographique traditionnel, Christophe Boltanski choisit l’esquive, et décide de construire son récit de manière telle qu’il donne au lecteur l’impression de résoudre une énigme. A la fois réceptacle de la mémoire et personnage littéraire à part entière, l’appartement décrit ici fascine d’emblée. Il est l’écrin fabuleux d’une famille dont on finit par devenir les proches.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :