Grand Bivouac

le

Premier ouvrages et auteurs invités du Grand Bivouac en Octobre. Comme tous les ans le festival met en lumière les récits de voyage et les essais.

Les livres sont disponibles à la librairie.

Au milieu de l’été 1961, sept jeunes alpinistes ambitieux unissent leurs forces pour s’attaquer au dernier problème du moment : le pilier central du Frêney, dans la paroi sud du mont Blanc. Un orage dantesque les frappe alors qu’ils sont tout près du but. C’est le premier acte du drame, que Virginie Troussier reconstitue jour après jour, au plus près des corps et des âmes de ces hommes qui luttent désormais pour survivre.

Au milieu de l’été , un invicible hiver de Virginie Troussier, éd. Guérin, 19,90€

Portrait des frères Abalakov, deux alpinistes russes, qui gravissent dans les années 1930, les vertigineux pic Staline et pic Khan Tengri, au nom du pouvoir. Victimes des purges staliniennes, ils représentent l’héroïsme et l’idéal communiste, ainsi que l’alpinisme russe du XXe siècle.

Alpinistes de Staline de Cédric Gras, éd. Stock, 20,50€

Suite à l’assassinat en 2012 de Suyapa, une militante écologiste de la communauté des indiens lenchuas, trois soeurs luttent contre l’édification d’un barrage dans une vallée isolée de l’Amérique centrale. Marla, Indira et Luisa tentent de protéger la terre de leurs ancêtres des ambitions politiques et des aléas écosystémiques associés à l’essor des énergies vertes. 

La verticale du fleuve de Clara Arnaud, éd Actes sud, 21,80€

L’anthropologue et archéologue entreprend de renouveler le regard porté sur le vaudou, tel qu’il est pratiqué au Bénin, en détaillant les gestes sacrés du quotidien, les cérémonies des revenants, des morts ou de possession, la consécration des fétiches ou encore les pèlerinages syncrétiques chrétiens/vaudous

Vaudou l’homme, la nature et les Dieux, de Philippe Charlier, éd. Plon, 23,90€

Partie en immersion aux confins de l’Ouzbékistan, l’auteure partage le quotidien de Mayram et Gulchexra, deux femmes chamanes gardiennes d’un savoir ancestral. Elle décrit les rituels et les invocations, qui allient transes, chants, musique et cris, destinés à guérir les femmes

Le ciel et la marmite de sylvie Lasserre, éd. Plon, 23€

Dans cet essai rédigé pendant le confinement lié à la Covid-19, l’auteur montre l’importance de la douceur et du collectif dans une société contemporaine qui valorise habituellement l’individualisme. Il se base notamment sur ses lectures, des poètes chrétiens à Peter Wohlleben, et sur ses expériences personnelles

Entrer dans la douceur de Jean-claude Guillebaud, éd. Iconoclaste, 18€

Le XXIe siècle sera maritime. Tous s’accordent à le dire.
Jean-Louis Étienne revient sur son parcours d’exploration des pôles et des océans. Un livre très personnel dans lequel il rappelle à quel point l’océan mondial, l’autre poumon de la planète, est au coeur de l’avenir du climat de la Terre et des ressources pour l’humanité.

Explorateur d’Oceans de Jean-Louis Etienne, éd Paulsen, 21€

Sous la forme de courtes chroniques, l’auteur raconte avec humour ses souvenirs, traumatismes ou encore étonnements nés durant ses voyages, depuis son passage en Roumanie en 1975, jusqu’à ses péripéties en Chine en 2001.

J’aime pas les voyages de Bruno Leandri, éd. Tresor, 17€

Biographie de John Muir. D’origine écossaise, il émigre en Amérique du Nord à 11 ans. Tour à tour berger, botaniste, géologue, arboriculteur, naturaliste, écrivain et marcheur au long cours, passionné par la nature sauvage et la solitude, il se bat pour la protection de la nature. Il est considéré comme l’un des pères des parcs nationaux et du mouvement écologiste américain.

John Muir de Louis-marie Blanchard, éd. Paulsen, 19€

Né en Ecosse, J. Muir arrive aux Etats-Unis à 10 ans et s’installe dans la région des Grands Lacs avec sa famille, où il est accaparé par le travail dans les champs avant d’occuper ses soirées à inventer des objets mécaniques qu’il présente en ville. Rapidement, il s’interroge sur cette vie de forçat et choisit de vivre en autonomie dans la nature, parcourant le pays puis le monde.

J’aurais pu devenir millionaire, j’ai choisi d’être vagabond d’Alexis Jenni, éd. Paulsen, 21€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s