Maestro !

« Joie, tous les humains deviennent frères lorsque se déploie ton aile douce ». Quatre ans avant 1789, quatre ans avant la prise de la Bastille et la Déclaration des Droits de l’Homme, Schiller écrit ce poème qui ne cessera d’accompagner Beethoven. Un Beethoven toute sa vie passionné de fraternité alors que tout se ligue contre lui, sa famille, sa santé, ses amours, ses finances, la noblesse. A tous les coups qui le frappent, il répond par un chef d’oeuvre.
Jusqu’à ce bout du chemin, le 26 mars 1827, en plein coeur d’un orage. Il meurt en nous laissant, en nous léguant cette joie, les derniers accents de sa neuvième symphonie devenu le chant de l’Europe enfin réconciliée. Ce livre est le récit de cette passion, le portrait d’un génie fraternel. Un livre né d’un double amour. Pour l’Europe. Et, bien sûr, pour la musique. Car le trio « Fidelio » que viennent de créer Erik Orsenna, le pianiste Michel Dalberto et le violoncelliste Henri Demarquette raconte, mots et notes mêlés, cette folle et bouleversante passion pour la Fraternité.
De quel trésor avons-nous le plus aujourd’hui besoin ?

La passion de la fraternité, éd. Stock, 19,50€ –

Un vieil homme enfermé dans sa bibliothèque s’apprête à dévoiler le secret historique de sa naissance. Lui, Italo Zadouroff deuxième du nom, descendant direct d’un soldat de Pierre le Grand, raconte comment et pourquoi le grand Ludwig van Beethoven, dont tout le monde est persuadé qu’il mourut seul et sans descendance, fut en réalité l’amant très amoureux de sa mère, une domestique qui servait au château de Martonvásár, en Hongrie.
Profusion romanesque, exubérance du langage et détournement des codes sont au rendez-vous de cette fable littéraire teintée de réalisme magique, offerte pour le plaisir et la joie d’un lecteur qui n’est jamais dupe de la légende qu’on lui fabrique. Stéphane Malandrin, né à Paris en 1969, est un scénariste et réalisateur français qui vit à Bruxelles depuis vingt ans. Il est auteur de livres jeunesse ainsi que du Mangeur de livres, paru au Seuil en 2019 et finaliste du Goncourt du premier roman.
Je suis le fils de Beethoven est son second roman.

Je suis le fils de Beethoven, éd. Seuil, 19,50€ –

Les bd :

« Dites aussi aux français qu’il reste un homme en Autriche qui ne leur est pas soumis et qu’il ne porte aucun titre !  » 1806, Beethoven a 36 ans et réside au palais du prince Alois von Lichnowsky, son ami et mécène, où il va nouer une amitié avec le jeune fils du prince, Eduard. C’est le temps des grandes conquêtes napoléoniennes et l’Autriche est désormais occupée par les troupes françaises. Pour montrer aux officiers français qu’il reçoit à dîner, « ce que reste un prince d’Autriche » , Von Lichnowsky met un point d’honneur à ce que le compositeur joue devant ses hôtes.
Mais Beethoven refuse de faire montre de son talent. Par insoumission, non seulement à l’égard des vainqueurs, ces « serviteurs de la tyrannie » mais également à l’égard de son protecteur qui veut l’exhiber. Il est et restera un homme libre ! A travers le récit de cette journée particulière, Régis Penet fait oeuvre biographique et dresse un portrait saisissant de « l’ours des salons » : un génie sûr de son talent, indomptable et épris de liberté.
Instructif, émouvant… tout simplement magnifique !

Beethoven le prix de la liberté, éd. La boite a bulle, 22€ –

Petit-fils et fils de musicien, mais un père alcoolique et endetté qui veut surtout tirer profit de ses talents. Une mère aimante qui meurt quand il a dix-sept ans. Un talent brut extraordinaire mais une prime éducation musicale lacunaire. Compositeur révolutionnaire atteint de surdité précoce… Tout, chez Ludwig van Beethoven, relève d’une extrême dualité, d’un destin au mieux compliqué, au pire contrarié.
Mikael Ross cette jeunesse d’un génie avec une énergie folle et une vraie virtuosité.

Ludwig et Beethoven, éd. Dargaud, 19,99€ –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s