Le travail c’est la santé

Au-delà du PIB - Pour une autre mesure de la richesse de Dominique Meda ed. Flammarion 7,20€
Au-delà du PIB – Pour une autre mesure de la richesse de Dominique Meda ed. Flammarion 7,20€

Au début de l’année 2008, alors que les revendications relatives au pouvoir d’achat s’intensifiaient, le président de la République, Nicolas Sarkozy, déclara que l’indice du PIB (Produit intérieur brut) était inapte à représenter les évolutions économiques et sociales, et qu’il était urgent d’élaborer d’autres indicateurs de croissance. À cette fin, il chargea deux prix Nobel d’économie Amartya Sen et Joseph Stiglitz, de constituer une commission. La réflexion sur les limites de PIB comme critère de mesure du bien-être ne date pourtant pas d’hier. Voilà déjà trente ans outre-Atlantique, puis plus précisément depuis les années 1990, que le débat est lancé. En France, la sociologue Dominique Méda en a fait l’un des axes fondateurs de ses travaux. Dès 1999, dans Qu’est-ce que la richesse ? Elle remarquait que le PIB n’est affecté ni par la montée de la violence, ni par le développement des inégalités ou l’altération de l’environnement – et, inversement, n’est pas valorisé en cas d’accroissement constant du niveau d’éducation ou d’amélioration de l’état de santé de la population. Et de conclure :  » Si ce qui importe, c’est ce qui est productif ; comment donner de la valeur à des activités qui ne sont productives de rien, seulement de relation, de sens, de qualité de vie ? « . À l’heure où le mot d’ordre du gouvernement en place est  » Travailler plus pour gagner plus « , cette réflexion, on s’en doute, revêt une acuité toute particulière…

Le travail de Dominique Meda ed. Puf 9€
Le travail de Dominique Meda ed. Puf 9€

Le développement du chômage l’a montré : travailler est une norme. Dans nos sociétés occidentales, le travail est le principal moyen de subsistance mais aussi une part essentielle des occupations de chacun. L’ordre social s’organise autour de lui. En a-t-il toujours été ainsi ? Assiste-t-on, aujourd’hui, avec la réduction du temps de travail, à une remise en cause de sa valeur ? Va-t-on vers de nouvelles formes de travail ? En croisant les regards historiques et philosophiques avec les résultats des enquêtes sociologiques et économiques les plus récentes, cet ouvrage interroge notre rapport au travail et, battant en brèche les idées reçues, nous invite a repenser sa nature ainsi que la place qu’il prend dans nos vies.

Introduction à la psychologie du travail et des organisations - Concepts de base et applications de Claude Louche ed. Armand Colin
Introduction à la psychologie du travail et des organisations – Concepts de base et applications de Claude Louche ed. Armand Colin

La psychologie du travail et des organisations constitue un champ de la psychologie qui offre de nombreux débouchés dans le domaine de la formation, de l’audit organisationnel, du recrutement, du bilan de compétences, de l’insertion… Conçu spécifiquement pour répondre aux besoins des étudiants qui découvrent la psychologie du travail dans le cadre des enseignements dispensés en premier cycle universitaire, cet ouvrage présente les savoirs de base et leur actualisation actuelle ainsi que les thèmes émergents. II rend également compte des différentes applications dans le champ des organisations. Sa présentation sous forme de fiches regroupées autour de thématiques générales (le cadre, l’entrée dans l’organisation, la relation à l’organisation, les relations interpersonnelles, la relation homme-tâche…) en fait un outil pratique pour acquérir aisément les notions indispensables et se familiariser avec la discipline. Première approche du domaine pour les étudiants de psychologie, ce manuel intéressera également les étudiants de diverses filières (gestion, IUT, sociologie, économie…) qui sont amenés à l’étudier. Il concerne aussi tous les professionnels qui souhaitent acquérir une information sur les conduites dans les situations professionnelles.

Injustices - L'expérience des inégalités au travail  de  François Dubet ed. Points 9,50€
Injustices – L’expérience des inégalités au travail de François Dubet ed. Points 9,50€

Quelles inégalités les individus perçoivent-ils comme des injustices dans le monde du travail ? Décider qu’une situation est injuste revient à mobiliser certaines représentations de la justice. Trois grands principes sont utilisés à cet effet : au nom de l’égalité, les travailleurs dénoncent le mépris et la précarité ; au nom du mérite, ils critiquent l’exploitation des uns face aux privilèges des autres ; au nom de l’autonomie, enfin, ils stigmatisent l’aliénation, qui leur interdit toute réalisation professionnelle.
Mais si le sentiment d’injustice est vécu sur un mode subjectif, il dépend largement des conditions de travail, se détachant ainsi des représentations idéologiques ou politiques. Restent deux questions fondamentales : qu’est-ce qu’une société juste et que peuvent être aujourd’hui des inégalités justes ?

L'austérité contre l'emploi de Pierre Mendès France, Gabriel Ardant ed. Les petits matins 5€
L’austérité contre l’emploi de Pierre Mendès France, Gabriel Ardant ed. Les petits matins 5€

Dans La Science économique et l’action (1954), Pierre Mendès France et Gabriel Ardant expliquent pourquoi les politiques d’austérité sont néfastes à l’emploi par principe. Ils s’appuient sur l’histoire pour en faire la démonstration empirique : leur présentation des mauvais exemples des politiques suivies par Brüning en Allemagne et Laval en France au début des années 1930, marquées par une rigueur budgétaire désastreuse, précède un décryptage minutieux du New Deal, bon exemple mis en oeuvre par Franklin D.
Roosevelt. Toutes ces démonstrations sont l’occasion pour les auteurs de revenir de manière pédagogique sur les erreurs des raisonnements économiques libéraux. Et de réclamer une ouverture d’esprit de la part des économistes : en temps de crise, il faut savoir abandonner ses dogmes et s’ouvrir à des idées non conventionnelles. Avec un seul objectif en vue : résoudre le problème le plus fondamental, celui du chômage.

Travailler pour soi - Quel avenir pour le travail à l'heure de la révolution individualiste ? de Denis Pennel ed. Seuil 17€
Travailler pour soi – Quel avenir pour le travail à l’heure de la révolution individualiste ? de Denis Pennel ed. Seuil 17€

Diversification des contrats, personnalisation du temps de travail, porosité croissante entre vie privée et vie professionnelle, essor du travail indépendant : le modèle unique fondé sur le CDI et l’échange subordination du salarié contre salaire est devenu caduque. Demain l’emploi sera fragmenté, individualisé, à la carte. La relation de subordination sera remplacée par une relation de collaboration, dans laquelle la maîtrise et l’aménagement des tâches par les salariés eux-mêmes seront déterminants.
Ce livre n’est pas une charge contre notre modèle social. Il constate que celui-ci n’apporte plus les protections nécessaires aux salariés, faute d’avoir anticipé et de s’être adapté à la révolution individualiste. Il ne s’agit donc pas pour l’auteur de s’associer au discours patronal courant contre la protection sociale et le droit du travail. Il s’agit au contraire de refonder ceux-ci sur un constat documenté de la nouvelle réalité du travail.
Face à la montée de l’individualisme, de nouvelles formes de sécurité vont devoir être inventées afin de réconcilier l’individu et le collectif, et de combiner flexibilité et sécurité. Pour au final replacer l’individu au coeur de la relation d’emploi.

Un week-end de repos absolu de Davide Cali, Alexandra Huard ed. Sarbacane 15,50€
Un week-end de repos absolu de Davide Cali, Alexandra Huard ed. Sarbacane 15,50€

Des parents et leur petit garçon partent pour un week-end à la campagne. Au programme, le repos absolu. Mais une fois installés dans le chalet, les parents ne peuvent s’empêcher de s’activer sous le regard amusé du petit garçon.

Les ouvriers - Dans la France des usines et des ateliers de Xavier Vigna et Jérôme Pecnard ed. Arenes 34,80€
Les ouvriers – Dans la France des usines et des ateliers de Xavier Vigna et Jérôme Pecnard ed. Arenes 34,80€

Cette « boîte à trésors » est le premier livre-objet consacré à la mémoire ouvrière en France. De la fin du XIXe siècle jusqu’au coeur des années 1910, des millions d’hommes et de femmes sont devenus ouvriers. La mine, les hauts-fourneaux, les chaînes de l’automobile ou l’agroalimentaire avaient besoin de bras. Arrivant des campagnes françaises, de Pologne, d’Italie ou d’Afrique du Nord, ils ont appris un métier inconnu et sont parfois entrés très jeunes à l’usine.
Ils ont connu des conditions de travail inimaginables aujourd’hui. L’histoire des ouvriers est faite de combats- de luttes, mais aussi de solidarité, de poèmes et de chansons, de mariages et d’amitiés. Les grèves, les embrasements politiques, la vie qui s’améliore peu à peu au fil du temps racontent un quotidien tissé de fierté et d’émotions. Un album d’exception pour se souvenir et parfois découvrir la grande histoire des gens ordinaires, notre Histoire à tous.

Eloge de l'oisiveté de Bertrand Russell ed. Allia 6,20€
Eloge de l’oisiveté de Bertrand Russell ed. Allia 6,20€

Les méthodes de production modernes nous ont donné la possibilité de permettre à tous de vivre dans l’aisance et la sécurité. Nous avons choisi, à la place, le surmenage pour les uns et la misère pour les autres en cela, nous nous sommes montrés bien bêtes, mais il n’y a pas de raison pour persévérer dans notre bêtise indéfiniment.

Eloge du carburateur - Essai sur le sens et la valeur du travail de Matthew B Crawford ed. La découverte 19,90€
Eloge du carburateur – Essai sur le sens et la valeur du travail de Matthew B Crawford ed. La découverte 19,90€

 » La génération actuelle de révolutionnaires du management considère l’éthos artisanal comme un obstacle à éliminer. On lui préfère de loin l’exemple du consultant en gestion, vibrionnant d’une tâche à l’autre et fier de ne posséder aucune expertise spécifique. Tout comme le consommateur idéal, le consultant en gestion projette une image de liberté triomphante au regard de laquelle les métiers manuels passent volontiers pour misérables et étriqués. Imaginez à côté le plombier accroupi sous l’évier, la raie des fesses à l’air.  » Matthew B. Crawford était un brillant universitaire, bien payé pour travailler dans un think tank à Washington. Au bout de quelques mois, déprimé, il démissionne pour ouvrir… un atelier de réparation de motos. À partir du récit de son étonnante reconversion professionnelle, il livre dans cet ouvrage intelligent et drôle l’une des réflexions les plus fines qu’il nous ait été donné de lire sur le sens et la valeur du travail dans les sociétés occidentales. Mêlant anecdotes, récit et réflexions philosophiques et sociologiques, il montre que ce  » travail intellectuel « , dont on nous rebat les oreilles depuis que nous sommes entrés dans l' » économie du savoir « , se révèle pauvre et déresponsabilisant. De manière très fine, à l’inverse, il restitue l’expérience de ceux qui, comme lui, s’emploient à fabriquer ou réparer des objets – ce qu’on ne fait plus guère dans un monde où on l’on ne sait plus rien faire d’autre qu’acheter, jeter et remplacer. II montre que le travail manuel peut même se révéler beaucoup plus captivant d’un point de vue intellectuel que tous les nouveaux emplois de l' » économie du savoir « . Retour aux fondamentaux, donc. La caisse du moteur est fêlée, on voit le carburateur. Il est temps de tout démonter et de mettre les mains dans le cambouis … « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :