Sélection d’été : Les polars

Les suspects évidents

Perfidia de James Ellroy ed. Rivages 24€
Perfidia de James Ellroy ed. Rivages 24€

Perfidia Los Angeles, veille de Pearl Harbour : la découverte des cadavres d’une famille d’origine japonaise, les Watanabe, incite le LAPD à fabriquer un coupable pour se débarrasser du problème. Dudley Smith, l’inoubliable « méchant » du Quatuor de Los Angeles, est sur l’affaire. Une afaire qui s’annonce lucrative, tant l’hystérie du climat de guerre se prête aux machinations au détriment des citoyens américains d’origine japonaise. L’un d’entre eux, Hideo Ashida, de la police scientifique, est une personnalité subtile et tiraillée par les sentiments troubles qu’il éprouve à l’égard de Dudley. De son côté, William Parker, jeune officier de police alcoolique, est décidé à anticiper le combat anticommuniste qui se profile. Pour cela, il lui faut une taupe, un agent provocateur. Ce sera Kay Lake, héroïne du Dahlia noir, brillante et téméraire, qui entretient des relations compliquées avec un flic ambigu : Lee Blanchard. Tous ces personnages, engloutis dans l’affaire Watanabe, se laissent entraîner dans une mortelle partie d’échecs.

Toutes les vagues de l'ocean de Víctor del Arbol ed. Actes sud 23,80€
Toutes les vagues de l’ocean de Víctor del Arbol ed. Actes sud 23,80€

Le point de vue des éditeurs Gonzalo Gil reçoit un message qui bouleverse son existence : sa soeur, de qui il est sans nouvelles depuis de nombreuses années, a mis fin à ses jours dans des circonstances tragiques. Et la police la soupçonne d’avoir auparavant assassiné un mafieux russe pour venger la mort de son jeune fils. Ce qui ne semble alors qu’un sombre règlement de comptes ouvre une voie tortueuse sur les secrets de l’histoire familiale et de la figure mythique du père, nimbée de non-dits et de silences. Cet homme idéaliste, parti servir la révolution dans la Russie stalinienne, a connu dans l’enfer de Nazino l’incarnation du mal absolu, avec l’implacable Igor, et de l’amour fou avec l’incandescente Irina. La violence des sentiments qui se font jour dans cette maudite « île aux cannibales » marque à jamais le destin des trois protagonistes et celui de leurs descendants. Révolution communiste, guerre civile espagnole, Seconde Guerre mondiale, c’est toujours du côté de la résistance, de la probité, de l’abnégation que ce parangon de vertu, mort à la fleur de l’âge, a traversé le siècle dernier. Sur fond de pression immobilière et de mafia russe, l’enquête qui s’ouvre aujourd’hui à Barcelone rebat les cartes du passé. La chance tant attendue, pour Gonzalo, d’ébranler la statue du commandeur, de connaître l’homme pour pouvoir enfin aimer le père. Toutes les vagues de l’océan déferlent dans cette admirable fresque d’un XXe siècle dantesque porteur de toutes les utopies et de toutes les abjections humaines.

Pandemia de Franck Thilliez ed. Fleuve 21,90€
Pandemia de Franck Thilliez ed. Fleuve 21,90€

Comme chaque matin, Amandine a quitté sa maison de verre pour les locaux de l’Institut Pasteur. Mais ce matin-là est particulier. Appelée pour des prélèvements à la réserve ornithologique du Marquenterre, en Baie de Somme, la microbiologiste est déconcertée : trois cadavres de cygnes gisent sur une étendue d’eau. En forêt de Meudon, un homme et son chien ont été abattus. L’étang qui jouxte la scène de crime a été passé au peigne fin. Bilan : un sac de toile lesté de parpaings. À l’intérieur : des ossements, des crânes, un casque. Quatre corps en kit. Et pendant ce temps, une grippe coriace fauche jusqu’aux plus robustes. Elle n’a pas épargné certains increvables du 36, quai des Orfèvres. Une grippe dont la souche demeure curieusement non identifiable. «L’homme, tel que nous le connaissons, est le pire virus de la planète. Il se reproduit, détruit, épuise ses propres réserves, sans aucun respect, sans stratégie de survie. Sans nous, cette planète court à la catastrophe. Il faut des hommes purs, sélectionnés parmi les meilleurs, et éliminer le reste. Les microbes sont la solution.» Après Angor, une nouvelle aventure pour l’équipe de Franck Sharko et Lucie Henebelle, renforcée en coulisses par la jeune et courageuse Camille. Et l’enjeu est de taille : la préservation de l’espèce humaine.

Temps glaciaires de Fred Vargas ed. Flammarion 19,90€
Temps glaciaires de Fred Vargas ed. Flammarion 19,90€

« Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment. La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D’après les rapports internes, il s’agit d’un suicide avéré.
Tu as des doutes ? Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans. Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait, les tiques ? ».

Nos coupables préférés

La fille du train de Paula Hawkins ed. Sonatine 21€
La fille du train de Paula Hawkins ed. Sonatine 21€

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par coeur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.
Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Vous n’avez pas oublié la protagoniste amnésique d’ Avant d’aller dormir de S.J Watson, ni l’épouse disparue dans le machiavélique Les Apparences de Gillian Flynn, ou récemment l’héroïne ambiguë dans Les Réponses d’Elizabeth Little, révélées par les éditions Sonatine ? Parions que dans le train, le bus, le tram ou l’avion vous ne lèverez pas non plus la tête de ce thriller psychologique avant sa destination finale totalement ahurissante… Attention, vous allez manquer votre arrêt !

Or noir de Dominique Manotti  ed. Gallimard 17,50€
Or noir de Dominique Manotti ed. Gallimard 17,50€

Marseille, 1973. Le commissaire Daquin, 27 ans à peine, prend son premier poste au commissariat de l’Evêché. Il découvre une ville ensanglantée par les règlements de compte qui accompagnent la liquidation de la French Connection, des services de police en guerre larvée les uns contre les autres, et la prolifération de réseaux semi-clandestins comme le SAC ou la franc-maçonnerie. Il enquête sur l’assassinat d’un ancien caïd de la drogue et de son associé, un vétéran des services secrets, tous les deux reconvertis dans les affaires ; assiste à la naissance mouvementée d’un nouveau marché des produits pétroliers, à l’ascension fulgurante des traders assoiffés d’argent frais qui le mettent en oeuvre ; et constate que les requins les plus dangereux ne sont pas ceux que l’on croit.

« Il y a quelque chose de Jean-Patrick Manchette (1942-1995) dans l’écriture de Manotti. Ses phrases ultra-descriptives claquent et font revivre les belles années du néopolar français. Un style qui place le lecteur au cœur de l’action et au plus près des protagonistes. » Abel Mestre, Le Monde du 17 avril 2015

Un fond de vérité de Zygmunt Miloszewski  ed. Mirobole 22€
Un fond de vérité de Zygmunt Miloszewski ed. Mirobole 22€

« Il touchait le même salaire qu’avant, alors que l’excellent expresso servi dans son café préféré rue sokolnickiego ne coûtait que cinq z(…)otys. » Fraîchement divorcé, Teodore Szacki a quitté son travail de procureur à Varsovie et débarque dans la paisible bourgade de Sandomierz, où il compte bien refaire sa vie. Mais six mois à peine après avoir abandonné l’agitation de la capitale et l’asphyxie de son mariage, il s’ennuie déjà. Heureusement, devant l’ancienne synagogue de la vieille ville, du travail l’attend : un corps de femme drainé de son sang, tout comme dans un rite sacrificiel juif…Lorsque le mari de la victime subit le même sort, la population de la ville renoue avec des peurs vieilles de plusieurs décennies. Aux prises avec une flambée d’antisémitisme sans précédent , Szacki va devoir plonger dans un passé aux échos douloureux, et tenter de trouver la vérité dans une histoire qui déchaîne toutes les passions.

Encore une fois, Zygmunt Miloszewski surprend son lecteur par une intrigue bien retorse – à cent pages de la fin, votre libraire croyait que tout était résolu, mais non, ô surprise ! – s’appuyant sur les ressorts de l’Histoire, mettant en scène des personnages truculents, avec un humour dévastateur qui ne peut que séduire !

La trilogie du Baztán, De chair et d'os de Dolores Redondo ed. Mercure de France 25,50€
La trilogie du Baztán, De chair et d’os de Dolores Redondo ed. Mercure de France 25,50€

De chair et d’os Brillant élément du commissariat de Pampelune, l’inspectrice Amaia Salazar se voit chargée d’enquêter sur d’atroces crimes sexuels. Les victimes sont des femmes et tout semble indiquer que les bourreaux soient leurs maris ou compagnons. Mais des rituels macabres, qui rappellent des pratiques de sorcellerie locale, laissent penser qu’un fou diabolique pourrait orchestrer ces meurtres en série. Salazar n’a pas fini de découvrir les turpitudes de cette vallée de Baztán dont la rivière semble emporter les secrets terrifiants. Amaia Salazar a d’autant plus de mal à mener son enquête qu’elle vient de donner naissance à l’enfant qu’elle et son compagnon ont tant désiré. Pas facile de devenir mère quand la mort rôde et que le souvenir de celle qui vous a donné la vie vous inflige de violents cauchemars. Mais la jeune femme entend bien aller jusqu’au bout de ses recherches, quels qu’en soient les résultats. « Mythologies basque et familiale se confondent, l’intrigue se nimbe d’une atmosphère quasi surnaturelle. La magie opère. Dolores Redondo serait-elle la cousine espagnole de Fred Vargas ? » Madame Figaro

Les temps sauvages de Ian Manook ed. Albin michel 22€
Les temps sauvages de Ian Manook ed. Albin michel 22€

Quand le vent du Nord s’abat sur les steppes enneigées d’Asie centrale, personne ne vous entend mourir. Pour Yeruldelgger, le salut ne peut venir que de loin, très loin…
Après le succès mondial de Yeruldelgger, couronné par de nombreux prix, Ian Manook retrouve la Mongolie et ses terres extrêmes dans un grand thriller d’une originalité absolue.
Ce nouvel opus des aventures de Yeruldelgger aborde la question des relations troubles de la Mongolie avec les pays voisins, ses affaires d état, d espionnage et de contrebande internationale.
Afin d échapper à un complot dont il est la cible, Yeruldelgger enquête sur la mort d une prostituée et la disparition de son fils adoptif, tandis que ses équipiers cherchent à élucider deux morts très étranges. Leurs recherches les mènent aux confins de la Mongolie, de la Russie et de la Chine, ainsi qu au Havre, où la découverte des cadavres de 6 jeunes garçons dans un container va donner à cette affaire une toute autre dimension.

Un pavé de plus de 523 pages qui se dévore avec la même gourmandise (et parfois la même difficulté à digérer) que les pâtisseries. L’histoire est haletante, et on apprend beaucoup de choses des pays, ce qui me plaît beaucoup.
Une intrigue captivante donc, malgré des scènes dures, des façons de torturer particulières, et le tout dans une belle écriture, des descriptions à couper le souffle.

Les futurs sérial killer

Le village de Dan Smith ed. Le cherche midi 19,50€
Le village de Dan Smith ed. Le cherche midi 19,50€

Ukraine, 1930. Avec l’arrivée au pouvoir de Staline, la population vit dans la peur : les personnes et les biens ont été déclarés propriétés d’État, le gouvernement collectivise et exproprie à tour de bras. Ceux qui résistent n’ont d’autre choix que la mort, la déportation ou le camp de travail.
Alors, quand un homme surgit dans le paysage enneigé, « une tache sombre sur la steppe, solitaire, mais susceptible de se transformer en une armée qui n’apporterait que violence, férocité et mort », les habitants du petit village de Vyriv, qui espèrent se faire oublier, terrés au fond de leur vallée perdue, craignent le pire… Mais l’éclaireur supposé est plutôt mal en point, s’acharnant à tirer derrière lui un traîneau qui épuise ses dernières forces. Accueilli dans un premier temps, bien qu’avec réticence, l’étranger est bientôt pris à parti quand on découvre dans le traîneau deux cadavres d’enfants, atrocement mutilés. Sous son apparence famélique, l’homme serait-il en réalité un tueur ? Le danger rôde, mais impossible de deviner d’où il surgira…
L’auteur, malin, mène son histoire de main de maître, et votre libraire s’est surpris à tourner les pages fébrilement, allant de surprise en surprise : car le lendemain une fillette a disparu, tandis que l’homme est hors de cause… Luka, son oncle – ancien soldat, qui a fait la guerre de Crimée – accompagné de ses deux fils et du père de l’enfant, se lancent sur les traces du ravisseur. Le polar historique pressenti se mue alors en un haletant thriller sur fond de chasse à l’homme, passionnant de bout en bout.

Ce roman de Dan Smith époustouflant, tant au niveau du style, de l’intrigue que de l’ambiance, se décline en trois couleurs : blanc comme la neige, rouge comme le sang, noir comme le mal. Premier à être traduit en français, on espère que les six autres ne vont pas tarder à suivre !

Celui qui ne dormait pas de Alessio Viola ed. Rivages 21€
Celui qui ne dormait pas de Alessio Viola ed. Rivages 21€

Sous le sapin, le père Noël a apporté à votre libraire un terrible (et excellent) roman noir – cadeau à ne pas mettre entre toutes les mains, un lecteur averti en vaut deux…
Résultat : une nuit blanche, et pas seulement à cause du titre : Celui qui ne dormait pas. Car ce polar fiévreux, premier roman de l’italien Alessio Viola, vous happe dès le début par son ambiance glauque à souhait « La voiture du flic était un dépotoir. Il avait oublié depuis combien de temps il ne l’avait pas nettoyée et, surtout, il avait oublié pourquoi il aurait dû le faire… Facile à conduire, silencieuse, peu voyante : l’idéal pour prendre un dealer en filature. » Le flic en question, Roberto de Angelis, arpente en tous sens la ville de Bari, ses quartiers, sa faune, à la recherche de « ratons » : voleurs à la tire, dealers, ivrognes, putains et camés… Dans sa ligne de mire se trouve un jeune homme, Giacinto Trentadue, qui va lui ouvrir les portes de Poggiofelice, village-forteresse où règne la pègre, une zone franche à l’intérieur de la société civile, impénétrable pour quiconque n’en accepte pas les règles. Sous prétexte de s’approvisionner en comprimés, le flic infiltré (qui a choisi pour couverture de se faire passer pour un employé au Centre des taxes et impôts) semble prendre goût à l’amitié avec les mafieux, au point de franchir la ligne blanche (y compris la coke). C’est le début d’une descente aux enfers construite à l’image d’une spirale dans laquelle le personnage s’enfonce progressivement… Le lecteur effaré et fasciné n’oubliera pas de sitôt les scènes d’exécution, de défonce, et même sexuelles – car la vie sentimentale de notre flic n’est pas de tout repos, il a la mauvaise idée de tomber amoureux d’une femme médecin qui va l’initier malgré lui aux fantasmes sado-masochistes.

Blanc comme l’insomnie, noir comme les bas-fonds de l’âme humaine, ce polar dérangeant maltraite avec fureur ses personnages et le lecteur qui y prend plaisir… Du grand noir, véritable coup de poing dans la gueule pour bien commencer l’année !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :