Animalhumain

L’anthropomorphisme est l’attribution de caractéristiques du comportement ou de la morphologie à d’autres entités comme des dieux, des animaux, des objets, des phénomènes, voire des idées. Le terme a été crédité au milieu des années 1700. Des exemples incluent notamment les animaux et les plantes, ainsi que des forces de la nature comme le vent, la pluie ou le Soleil sont décrits comme des phénomènes à motivations humaines, ou comme possédant la capacité de comprendre et réfléchir. Le terme dérive du grec ancien(« homme », « genre humain »), et (« forme »). « anthropos » n’est pas du grec ancien mais appartient à la langue grecque depuis Homère jusqu’à nos jours, c’est le mot le plus courant qui soit en grec démotique et qui signifie « être humain », « homme » et non « genre humain ».

Les romans

Les garennes de Watership Down de Richard Adams ed. Flammarion 21,40€
Les garennes de Watership Down de Richard Adams ed. Flammarion 21,40€

Cessant d’être les Jeannot de notre enfance et le gibier des Raboliot, voici que les lapins deviennent pour la première fois les héros d’une épopée. Ce récit a la simplicité des grands mythes. Comme eux, il est tissé de symboles : le sang versé, l’herbe rase et l’herbe haute. l’oiseau noir et l’oiseau blanc, le grand chien qui vous pourchasse et qui vous sauve sans le savoir, l’eau qui noie ou qui vous porte, la  » grande eau  » que les lapins n’ont jamais vue et dont ils rêvent, et enfin ces innombrables petites fleurs des champs, avec lesquelles ils entretiennent une amitié complice et gourmande, incarnations fugaces du temps qui passe et de la Mort, leur éternelle compagne. Fable ? Œuvre de moraliste ? Livre de sagesse ? Richard Adams a simplement raconté une histoire – mais en lui prêtant une telle fraîcheur, une telle poésie et tant de mystérieux échos que nous croyons reconnaître une odyssée venue du fond des siècles. A nous de l’interpréter à notre façon, ou mieux de la lire avec des yeux d’enfant.

Un lieu sûr de Gowdy Barbara ed. Actes sud 21,50€
Un lieu sûr de Gowdy Barbara ed. Actes sud 21,50€

Véritable défi littéraire, approche inédite, création d’un univers, invention d’un langage, voici, dans la tradition d’un Kipling ou d’un Tolkien, une étonnante cosmologie dont des éléphants sont les héros. Un lieu sûr a pour figure centrale Bourbe, une jeune éléphante abandonnée par son clan après la mort de sa mère. Recueillie par un autre troupeau, elle est condamnée à chercher sa place dans une société matriarcale. Entre la sécheresse et les massacres perpétrés par les chasseurs d’ivoire, l’existence de ces éléphants est précaire. Certains décident de partir en quête de l’os blanc, objet magique et sacré, qui aurait le pouvoir de guider vers « Le Lieu Sûr », le mystérieux paradis des éléphants… Convoquant à la fois des faits observables, un sens profond de la description et une splendide imagination poétique, Barbara Gowdy nous donne accès au monde de ces animaux de légende, qui exercent sur l’homme, depuis l’aube des temps, la plus ambivalente des fascinations.

Les cafards n'ont pas de roi
Les cafards n’ont pas de roi de Weiss Daniel E ed. Folio 8,50€

Nombres est né dans une bibliothèque de New York et appartient à l’espèce des dictyoptères, famille des blattellae germanicae, en français les cafards. Nombres et ses compagnons vivent heureux dans l’appartement d’Ira et de la Gitane, quand celle-ci décide de quitter le domicile conjugal. Elle est remplacée par Ruth, qui fait de l’ordre une religion et qui laisse subitement affamée la colonie des blattes par un excès de propreté. Comment Nombres parviendra-t-il à conjurer cette malédiction ? C’est tout le propos de ce livre irrévérencieux, profondément  » politically incorrect  » et subversif qui, sous les apparences d’une fable métaphysique et animalière, donne une critique virulente, méchante et savoureuse de la vie urbaine. Méfions-nous : les cafards sont bien plus vieux que les hommes et ils le savent.

Truismes de Marie Darrieusecq Folio 6,40€
Truismes de Marie Darrieusecq Folio 6,40€

«Le directeur a été très gentil avec moi le jour de mon embauche. J’ai eu la permission de gérer ma parfumerie toute seule. Ça marchait bien. Seulement, quand les premiers symptômes sont apparus, j’ai dû quitter la parfumerie. Ce n’était pas une histoire de décence ni rien ; c’est juste que tout devenait trop compliqué. Heureusement, j’ai rencontré Edgar, et Edgar, comme vous le savez, est devenu président de la République. C’était moi, l’égérie d’Edgar. Mais personne ne m’a reconnue. J’avais trop changé. Est-ce que j’avais raté la chance de ma vie ? En tout cas, je ne comprenais toujours pas très bien ce qui m’arrivait. C’était surtout ce bleu sous le sein droit qui m’inquiétait…»

Les bd

Iron ou La guerre d'après de Shane-Michael Vidaurri ed. Cambourakis 19,50€
Iron ou La guerre d’après de Shane-Michael Vidaurri ed. Cambourakis 19,50€

Dans un pays de neige, un petit groupe d’activistes tente de résister à l’oppression et prépare un attentat. Une bande dessinée mettant en scène des animaux, entre espionnage et drame psychologique.

Dès les premières pages le lecteur est plongé dans une ambiance. Un mélange à la fois sombre et froid assez intriguant, mais très marqué. Ce n’est pas seulement la couleur qui est à l’origine de cette réussite. La mise en page innovante, la circonspection dans les dialogues et le découpage y sont aussi pour beaucoup. L’ensemble fonctionne très bien et l’immersion est totale.

La narration est subtile, beaucoup de choses sont seulement évoquées. Le lecteur dispose donc de son espace de liberté qui fait la profondeur du récit. On s’attache aux personnages et leur destin tragique rend l’histoire vraiment poignante. Lorsque les hommes sont confrontés à des évènements qui les dépassent on observe leur vraie nature, les masques tombent et le courage et la lâcheté, ces vieux ennemis, s’opposent une fois encore.

On ne peut conclure sans s’intéresser à ce qui saute aux yeux lorsque l’on feuillète ce livre : les dessins. Ou plutôt devrais-je dire les peintures. L’auteur a utilisé la technique de la couleur directe et signe des aquarelles faites de flous, d’ombres et d’esquisses qui servent parfaitement le récit. Les décors et les personnages bénéficient à part égale de ce très beau travail qui donne un cachet tout particulier à cette BD.

Ce one-shot est le premier livre d’un auteur très prometteur dans la pure tradition des grands Graphic novels américains. A conseiller sans réserve, une très belle réussite qui est passée un peu trop inaperçue et qui mérite largement que l’on s’y intéresse.

La bête est morte ! - Quand la bête est déchaînée ; Quand la bête est terrassée de Calvo Gallimard 26,40€
La bête est morte ! – Quand la bête est déchaînée ; Quand la bête est terrassée de Calvo Gallimard 26,40€

Dessiné et peint en pleine occupation allemande, cet album est publié dans le troisième mois de la libération. Ce bestiaire sanglant, qui s’inscrit dans la longue tradition du symbolisme animal, a pour personnages Hitler et sa bande de méchants loups, les petits lapins de France, l’ours lunatique de Russie, la hyène Mussolini, les dogs british et les bisons américains.

Sous-titrée « La Guerre mondiale chez les Animaux », la bande dessinée est une satire animalière de l?occupation nazie : les Allemands sont des loups (et Hitler le Grand méchant loup !), les Français des lapins, les Belges des lionceaux, les Anglais des dogues, les Américains des bisons et les Russes des ours. Un grand-père français raconte la Seconde guerre mondiale à ses trois petits-fils. Pendant que certains pays profitent de la vie, dans l?ombre, la nation allemande se prépare à la guerre sous l?égide de son chef, Hitler, une bête féroce avide de pouvoir qui veut dévorer les hommes pour dominer le monde

Maus d'Art Spiegelman ed. Flammarion 30 €
Maus d’Art Spiegelman ed. Flammarion 30 €

Récompensé par le prix Pulitzer, Maus nous conte l’histoire de Vladek ;.Spiegelman, rescapé de l’Europe d’Hitler, et de son fils, un dessinateur de bandes dessinées confronté au récit de son père. Au témoignage :bouleversant de Vladek se mêle un portrait de la relation tendue que l’auteur entretient avec son père vieillissant.

« Pourquoi cette « simple » bande dessinée est-elle un très grand livre ? Parce qu’elle est à la fois récit issu de la mémoire et essai sur la mémoire. »
Le Point

« Maus est un livre que l’on ne referme pas, même pour dormir. Lorsque deux des souris parlent d’amour, on est ému, lorsqu’elles souffrent, on pleure. »
Umberto Eco

« Maus n’aurait pu être qu’original. C’est un chef-d’oeuvre. »
La Quinzaine littéraire

« Maus, c’est l’histoire du voyage au bout de la nuit d’un juif polonais, la génocide à la première personne. Une B.D. pour ne pas oublier. »
Télérama

MausP

L'intégrale de la série, avec des esquisses et des dessins inédits. ed. Dargaud 49€
Blacksad – L’intégrale de la série, avec des esquisses et des dessins inédits. de Guarnido ed. Dargaud 49€

 » Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l’être civilisé que je fus jadis. « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :