Argent…trop cher

Dette : 5 000 ans d'histoire de David Graeber ed. Les liens qui libèrent 29,90€
Dette : 5 000 ans d’histoire de David Graeber ed. Les liens qui libèrent 29,90€

Voici un livre capital, best-seller au Etats-Unis et en Grande-Bretagne, en cours de traduction dans plus de dix pays, commis par l’un des intellectuels les plus influents selon le New York Times, initiateur d’Occupy Wall Street à New York. Un livre qui remet en perspective l’histoire de la dette depuis 5 000 ans et développe une approche totalement nouvelle. Il démontre magistralement que le système de crédit précède la naissance de la monnaie et que la dette a donc toujours structuré nos systèmes économiques et nos rapports sociaux.
Il montre également que le vocabulaire des écrits juridiques et religieux de l’Antiquité (des mots comme « culpabilité », « pardon » et « rédemption ») est issu en grande partie de ces affrontements antiques sur la dette, et qu’il fonde jusqu’à nos conceptions les plus fondamentales du bien et du mal. Sans en avoir conscience nous livrons toujours ces combats. Un essai passionnant et essentiel qui nous permet de mieux comprendre l’histoire de notre passé, celui de la crise des crédits en cous ainsi que l’avenir de notre économie.

On a marché sur la dette de Christophe Alévèque et Vincent Glenn ed. Martinière 15€
On a marché sur la dette de Christophe Alévèque et Vincent Glenn ed. Martinière 15€

Une enquête menée avec humour pour mieux comprendre les mécanismes de la dette publique et ses répercussions sur la vie quotidienne de tout un chacun.

John Law - La dette, ou comment s'en débarrasser de Nicolas Buat ed. Belles lettres 21€
John Law – La dette, ou comment s’en débarrasser de Nicolas Buat ed. Belles lettres 21€

A l’image du célèbre diamant dont il fit hommage au Régent en 1717, le nom de Law brille de mille feux. On ne le créditera pas seulement d’avoir introduit en France le billet de banque : son Système relevait d’une vision macroéconomique avant la lettre. Law surgit à un moment, somme toute banal de la vie économique de l’Ancien Régime, où l’argent circule mal faute de trouver à s’investir, et aboutit dans le coffre des rentiers.
Plombées par vingt-cinq ans de guerre (1689-1714), les finances publiques sont exsangues, victimes d’un arbitrage historique en faveur de l’endettement et au détriment de l’impôt. Comme par miracle, le Système proposait un changement de paradigme. Premier banquier central de l’histoire de France, Law se brûla les ailes en actionnant les leviers tout neufs de la création monétaire et du soutien à l’économie.
Trois siècles plus tard, son fantôme n’a pas fini de nous hanter : est-ce Law qui doit être considéré comme un précurseur, selon l’opinion de Schumpeter, ou est-ce notre système économique qui est retombé en enfance ? Archiviste paléographe, conservateur en chef aux Archives de Paris, Nicolas Buat s’intéresse plus particulièrement à l’histoire économique et sociale de l’Ancien Régime. Il est également coauteur d’un Dictionnaire de paléographie française.

La dette publique, une affaire rentable - A qui profite le système ? de  André-Jacques Holbecq,  Philippe Derudder ed. Y Michel 13,50€
La dette publique, une affaire rentable – A qui profite le système ? de André-Jacques Holbecq, Philippe Derudder ed. Y Michel 13,50€

 » II faut réduire la dette! « . On crie à la faillite ! Tel un père qui demande instamment à ses enfants d’aller ranger leur chambre, notre gouvernement nous dit :  » Assez de cette gabegie ! Il est temps de devenir sérieux, remettez vos prétentions sociales au tiroir, l’heure est au travail et aux économies « . Ce qu’on ne nous dit pas, c’est qu’il y a une quarantaine d’années, l’Etat français n’était pas endetté, à l’instar de la plupart des autres nations, d’ailleurs.
En moins de quarante ans nous avons accumulé une dette colossale qui avoisine les 1200 milliards d’euros ! Pourquoi ? S’est-il produit quelque chose qui a fait que l’on ait soudain besoin de recourir à l’emprunt, alors qu’auparavant on se suffisait à nous-mêmes? Et si tel est le cas, qui en bénéficie vraiment ? Qui émet la monnaie ? André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder nous disent les vraies raisons de la dette et dénoncent les mécanismes destructeurs scrupuleusement occultés.
Vulgarisateurs de la « chose économique », leur but est de permettre aux citoyens de « savoir « , afin qu’ils ne se laissent pas impressionner par les épouvantails que l’on agite sous leur nez. Afin de comprendre surtout que nous avons tout pour relever l’immense défi humain et écologique de notre temps et que la dette et l’argent ne sont que  » vrais-faux  » problèmes.

La dette publique et comment s'en débarrasser - Désendetter les Etats européens sans compromettre la croissance, c'est possible ! de André Grjebine ed. Puf 15€
La dette publique et comment s’en débarrasser – Désendetter les Etats européens sans compromettre la croissance, c’est possible ! de André Grjebine ed. Puf 15€

La zone euro s’enfonce dans la déflation, le chômage, le sous-investissement. L’austérité budgétaire est pourtant présentée comme non seulement souhaitable mais inévitable, faute d’alternative de politique économique crédible. Or, une autre politique, nécessairement audacieuse, est possible. Reprenant les projets de création monétaire développés en leur temps aussi bien par des économistes libéraux, comme Irving Fisher ou Milton Friedman, que par le néo-keynésien James Tobin, elle repose sur la monétisation des dettes publiques – c’est-à-dire leur rachat par la banque centrale.
Après avoir étudié les fondements théoriques d’une telle politique, l’auteur examine les objections qui lui sont généralement opposées. Il montre que son application serait parfaitement concevable dans le contexte actuel, sans risque majeur. Il décrit enfin les modalités concrètes envisageables pour mettre en oeuvre cette politique de désendettement des Etats européens. L’Europe se trouve aujourd’hui dans une impasse.
Cet ouvrage propose une politique radicalement différente pour en sortir. Rompre avec l’orthodoxie économique dominante paraît la seule solution pour retrouver le chemin de la croissance en Europe.

Le dictionnaire indispensable de la dette de Marc Touati ed. du Moment 6,95€
Le dictionnaire indispensable de la dette de Marc Touati ed. du Moment 6,95€

Un simple chiffre est parfois plus parlant qu’un long discours : pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la dette publique de la France sera égale à sa richesse, autrement dit à 100 % de son produit intérieur brut (PIB), courant 2015 ! « Et alors, s’interrogeront certains, est-ce vraiment dangereux ? » Et comment ! Depuis bientôt sept ans, notre croissance molle ne suffit plus à assurer le paiement annuel des intérêts de la dette publique. Cela signifie que, pour les régler, il faut encore s’endetter. On appelle ce processus pernicieux la « bulle de la dette ». Celle-ci ne manquera pas d’exploser, avec des dégâts économiques et sociaux inévitables : flambée du chômage, baisse du pouvoir d’achat, aggravation des inégalités…
La dette publique a pris des proportions dramatiques, mais qui en comprend les raisons, les enjeux économiques et politiques ? Connaît-on précisément l’identité de nos créanciers ? Quelle influence tirent-ils de leur position dominante, en France et en Europe ? Existe-t-il des solutions pour en sortir ? Et, si oui, pourquoi les dirigeants qui se sont succédé à la tête du pays n’ont-ils rien fait ? Ce dictionnaire écrit pour tous, sans langue de bois, répond à ces questions décisives pour notre avenir.
Un ouvrage pédagogique, mais aussi engagé, à l’image de son auteur.
« On se délecte à la lecture de ce livre de l’économiste Marc Touati : plume acérée, style accessible, et images chocs ouvrent le débat sur la dette et de la crise de la zone euro. »
Le Monde

La grande dévalorisation - Pourquoi la spéculation et la dette de l’Etat ne sont pas les causes de la crise de collectif ed. Post 23€
La grande dévalorisation – Pourquoi la spéculation et la dette de l’Etat ne sont pas les causes de la crise de collectif ed. Post 23€

Qui porte la responsabilité de la crise financière et économique de 2008 ? Les «banquiers cupides» ou les États endettés jusqu’au cou ? Selon Ernst Lohoff et Norbert Trenkle, théoriciens allemands du groupe-revue Krisis, la cause de la crise est bien plus profonde. L’énorme gonflement des marchés financiers des trois dernières décennies est une conséquence de la crise structurelle fondamentale du mode de production capitaliste, dont l’origine remonte aux années 1970. La troisième révolution
industrielle qui se met alors en place entraîne une éviction accélérée de la force de travail hors de la production, sapant ainsi les bases de la valorisation du capital au sein de «l’économie réelle». La crise structurelle de la valorisation du capital n’a pu être ajournée depuis qu’en ayant massivement recours, à travers le crédit et la spéculation, à la capture anticipée de valeur future. Le concept de «capital fictif» est fondamental pour comprendre le procès de crise actuel. Après la crise de 2008, l’effondrement catastrophique du système capitaliste mondial n’a pu être empêché que par une intervention massive des États et des banques centrales. Si l’on doit à présent subir les conséquences de cette crise, sous la forme des «politiques d’austérité» imposées à la société, ce n’est pas parce que nous aurions vécu «au-dessus de nos moyens » et qu’il conviendrait de se «serrer la ceinture». La société vit bien au contraire largement au-dessous des possibilités créées par les nouveaux potentiels de productivité ; seulement, ils se transforment toujours davantage en forces destructives au sein du système capitaliste. La société est désormais trop riche pour le capitalisme. L’analyse originale de la crise développée ici se fonde sur une lecture de la théorie marxienne qui s’oppose en de nombreux points au marxisme traditionnel et à l’actuelle «renaissance de Marx». Ici, Marx n’est pas le théoricien de la lutte des classes mais celui qui développa la critique radicale d’une société fondée sur la production de marchandises et appelée à buter sur ses propres contradictions. Les auteurs renouent avec cette pensée et l’étayent de façon détaillée et documentée. Il en résulte une analyse de la crise qui s’oppose à tout ce qui s’échange actuellement sur le marché des idées.

Gouverner par la dette de Maurizio Lazzarato ed. les Prairies ordinaires 16€
Gouverner par la dette de Maurizio Lazzarato ed. les Prairies ordinaires 16€

Experts, hommes politiques et éditorialistes sont unanimes : la dette qui grève les finances publiques entrave la croissance, fait exploser le chômage. Les États doivent à tout prix se désendetter s’ils veulent rassurer les marchés et retrouver le chemin de la prospérité. Le diagnostic de Maurizio Lazzarato est tout autre : la dette, dans le système capitaliste, n’est pas d’abord une affaire comptable, une relation économique, mais un rapport politique d’assujettissement et d’asservissement.
Elle devient infinie, inexpiable, impayable, et sert à discipliner les populations, à imposer des réformes structurelles, à justifier des tours de vis autoritaires, voire à suspendre la démocratie au profit de « gouvernements techniques » subordonnés aux intérêts du capital. La crise économique de 2008 n’a fait qu’accélérer le rythme de formation d’un « nouveau capitalisme d’Etat », qui organise une gigantesque confiscation de la richesse sociale par le biais de l’impôt.
Dans un inquiétant retour à la situation qui a précédé les deux guerres mondiales, l’ensemble du procès d’accumulation est tout entier gouverné par le capital financier, qui absorbe des secteurs qu’il avait jusqu’alors épargnés, comme l’éducation, et qui tend à s’identifier avec la vie même. Face à la catastrophe en cours et au désastre qui s’annonce, il est urgent de sortir de la valorisation capitaliste, de nous réapproprier nos existences, savoir-faire, technologies et de renouer avec le possible en composant, collectivement, un front du refus.

La dette cachée de l'économie - Un scandale planétaire de Éric De Ruest,  Renaud Duterme ed. Les Liens qui libèrent 16€
La dette cachée de l’économie – Un scandale planétaire de Éric De Ruest, Renaud Duterme ed. Les Liens qui libèrent 16€

Un plaidoyer et des solutions indispensables pour une prise de conscience globale de la crise environnementale que nous traversons. Ce livre montre que les exploitations économiques et environnementales sont indissociables et qu’elles sont imputables à une minorité accrochée à une idéologie réductionniste et court-termiste dangereuse. Cette réalité impose la mise en place de solutions originales et radicales pour sortir des crises multiples que nous traversons et qui portent en elles les germes d’un effondrement civilisationnel.
C’est à cette lourde tâche que s’attèle ici les deux experts en la matière que sont Eric de Ruest et Renaud Duterme.

Vive la banqueroute ! - Comment la France a réglé ses dettes, de Philippe le Bel au général de Gaulle de Thomas Morel, François Ruffin ed. Fakir 6€
Vive la banqueroute ! – Comment la France a réglé ses dettes, de Philippe le Bel au général de Gaulle de Thomas Morel, François Ruffin ed. Fakir 6€

La dette est à payer. L’austérité, nécessaire. Les réformes, impératives. Cette petite musique, nous la connaissons par coeur. Il suffit de regarder dans notre propre histoire, pourtant, pour découvrir que des alternatives existent. Que les dirigeants de la France ont, au fil des siècles, recouru à d’autres choix que la rigueur : l’impôt, la dévaluation, l’inflation, et surtout la banqueroute. En dix brefs récits, ce livre raconte comment nos grands hommes (Sully, Colbert, Talleyrond, Poincaré, etc), qui ont bâti l’Etat, qui ont leur statue sur les places de nos villes, ont régulièrement choisi, tout simplement, de ne pas payer rentiers et banquiers.
Comment ces rois, ces ministres, furent plus radicaux dans leurs actes que ne le sont aujourd’hui Attac ou Jean-Luc Mélenchon dans leurs discours. Contre le fatalisme, l’histoire est une arme ! Suivi de « l’irréalisme, c’est eux », entretien avec l’économiste Frédéric Lordon.

Leur dette, notre démocratie ! Attac ed. Les liens qui libèrent 9€
Leur dette, notre démocratie ! Attac ed. Les liens qui libèrent 9€

Partout en Europe la même question se pose : payer la dette ou préserver la démocratie ? Partout les plans d’austérité se succèdent, imposés par la sinistre Troïka et les créanciers. M. Hollande, à peine élu, ratifie sans en changer un seul mot le traité budgétaire qu’il avait promis aux électeurs de renégocier. De droite ou de gauche, les actuels gouvernants ne pensent qu’à sauver les banques et  » rassurer les marchés « .
Pourtant la dette est la condition – même du vivre – ensemble : la dette sociale, entre les citoyens et entre les générations ; la dette écologique, entre les humains et la nature. Mais pour rembourser la dette financière, les créanciers veulent liquider ces dettes de vie, en sacrifiant les protections sociales et les équilibres écologiques. Pourtant, on le montre ici, la dette publique ne provient aucunement de dépenses publiques excessives, ni d’un supposé laxisme d’élus qui seraient trop sensibles à la pression des électeurs.
Bien au contraire, les représentants n’obéissent plus aux citoyens mais aux marchés. C’est pourquoi, d’Athènes à E Tunis en passant par Wall Street, les révoltes populaires et mouvements  » Indignés  » ou s’attaquent à la fois aux oligarchies de la finance et de la politique. Ces mouvements s’inscrivent dans la longue tradition trop méconnue de la  » démocratie par en bas « . Nous avons assez critiqué la dictature des financiers et la trahison des élus : l’heure est venue de construire en théorie et en pratique les outils d’une nouvelle démocratie, sociale et écologique.

Comprendre la dette publique de Jean-Pierre Biasutti, Laurent Braquet ed. Breal 9€
Comprendre la dette publique de Jean-Pierre Biasutti, Laurent Braquet ed. Breal 9€

Qu’est-ce que la dette publique ? L’endettement public est-il un phénomène nouveau ? La dette publique est-elle sous l’emprise des marchés financiers ? La dette publique est-elle soutenable ? L’endettement public : cause ou conséquence des déséquilibres macroéconomiques ? Comment réduire le poids de l’endettement public ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :