Il y a un siècle le génocide Arménien

Le 21 septembre 1991, l’Arménie devient une république indépendante, entre alors dans une ère nouvelle et fait basculer un pays
et ses habitants de l’enfermement soviétique à l’ouverture vers l’extérieur et à l’économie de marché.
Marqués définitivement par le génocide, ce traumatisme est toujours prégnant dans la vie quotidienne des Arméniens.

Les Arméniens de Sèda Mavian ed. Atelier Henry Dougier 12€
Les Arméniens de Sèda Mavian ed. Atelier Henry Dougier 12€

Quand on évoque les Arméniens, on pense Aznavour, chrétiens d’Orient, montagnes et mont Ararat, églises et monastères, génocide, contentieux avec la Turquie problèmes avec l’Azerbaïdjan, et conflit du Karabagh. Mais l’on se rend vite compte des limites de nos connaissances. De ce peuple que nous croyons connaître, nous n’avons en réalité qu’une perception réduite et embrouillée. Ecrit par une spécialiste de l’Arménie, tant de sa mémoire que de son actualité, ce livre a l’intérêt d’exposer avec clarté et originalité la situation présente du peuple arménien, d’en révéler franchement les diverses facettes, les débats qui l’animent, les combats qu’il mène et les nombreux défis, souvent graves, auxquels il a à faire Lire face.
Faisant écho à la commémoration du centenaire du Génocide de 1915, ce livre est indispensable à ceux que son destin ne laisse pas indifférent.

—————————————–

Comprendre le génocide des arméniens - 1915 à nos jours de collectif ed. Tallandier 21,50€
Comprendre le génocide des arméniens – 1915 à nos jours de collectif ed. Tallandier 21,50€

1915. Les Arméniens, parfaitement intégrés à l’Empire ottoman, sont systématiquement exterminés par les radicaux du gouvernement unioniste. Bilan : 1,3 million de victimes. Le XXe siècle des génocides a débuté. Au printemps 1915, la population arménienne ottomane est victime d’un génocide – arrestations massives, déportations et massacres – soigneusement planifié et exécuté par le parti au pouvoir à l’époque, le comité Union et Progrès. Longtemps contesté, le génocide des Arméniens ne fait plus aucun doute, mais souffre d’une méconnaissance publique qui découle d’un long oubli de l’événement durant une bonne partie du XXe siècle, du négationnisme de l’État turc qui répand le soupçon sur le travail des historiens et du désintérêt de l’opinion publique européenne trop éloignée. Pour le comprendre, accéder à sa connaissance précise et saisir ses enjeux actuels, trois historiens ont uni leur force pour concevoir, cent ans après, la première synthèse de grande ampleur sur le premier génocide du XXe siècle.

—————————————–

Mémorial du génocide Arménien de Raymond Kévorkian, Yves Ternon ed. Seuil 30€
Mémorial du génocide Arménien de Raymond Kévorkian, Yves Ternon ed. Seuil 30€

Un siècle après le génocide arménien qui a fait 1,2 million de morts, l’Etat turc pratique toujours le négationnisme. Le Mémorial, fruit des recherches de deux spécialistes de la question, rassemble en un projet ambitieux la totalité des connaissances actuelles sous forme d’illustrations, de tableaux démographiques, de fac-similés de textes législatifs originaux et de discours officiels traduits et accompagnés des commentaires et analyses des auteurs.
Il s’organise chronologiquement :  » La genèse du processus et le contexte de guerre (juillet 1914 – mars 1915)  » expose les événements politiques et militaires de la période, les choix législatifs (projet de réforme des provinces) et économiques (campagnes de boycott des entreprises grecques et arméniennes) constituant le creuset qui amènera les premiers massacres puis les premières déportations.  » Le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman (avril 1915 – décembre 1916)  » présente la carte générale des axes de déportation et celle des principaux sites d’extermination.
Elles sont accompagnées de la description minutieuse, région par région, de la première phase du génocide puis d’un ensemble consacré aux camps de concentration et d’extermination : leur organisation (camps du chemin de fer de Bagdad, camp d’Alep, camp de l’Euphrate), les témoignages de survivants, les sauveteurs.  » Après le génocide, éradication et conséquences (1971-1923)  » décrit les ultimes massacres dans le Caucase et en Azerbaïdjan persan puis revient sur la fin de l’Empire Ottoman pour se terminer sur les débats, jugements et procès qui se déroulent du côté des bourreaux, la situation des rescapés, des orphelins et le sort des biens abandonnés du côté des victimes.

—————————————–

Le cri du silence - Traces d'une mémoire arménienne de Antoine Agoudjian ed. Flammarion 65€
Le cri du silence – Traces d’une mémoire arménienne de Antoine Agoudjian ed. Flammarion 65€

Par la puissance esthétique de ses photographies comme par l’intégrité de sa démarche, Antoine Agoudjian se pose en témoin du martyre arménien, éclaire une culture millénaire, transmet un message d’espoir universel, celui de la puissance indomptable de l’esprit humain.

—————————————–

La France face au génocide des Arméniens du milieu du XIXe siècle à nos jours - Une nation impériale et le devoir d'humanité de Vincent Duclert ed. Fayard 22€
La France face au génocide des Arméniens du milieu du XIXe siècle à nos jours – Une nation impériale et le devoir d’humanité de Vincent Duclert ed. Fayard 22€

En 1915, un événement – l’extermination des Arméniens ottomans – fait basculer le monde dans l’ère des tyrannies et des crimes de masse. Le traité de Lausanne signé avec la Turquie, huit ans plus tard, scelle la disparition de l’Arménie plurimillénaire, à l’exception de la Petite République des régions russes, soumise à la terreur stalinienne. Parmi les Alliés, la France porte une lourde responsabilité dans le premier génocide du XXe siècle et l’abandon des survivants.
Critiques d’une telle politique impériale, des savants, des écrivains, des intellectuels, des parlementaires et diplomates français, des hommes de foi, rejoints par leurs homologues belges et suisses, choisissent de défendre un devoir d’humanité. Dès la fin du XIXe siècle, ils s’engagent contre l’injustice des grands massacres qui se répètent dans l’Empire ottoman. A la suite de Séverine, Jaurès ou Anatole France, une majorité de dreyfusards se mobilisent.
La solidarité devient une cause morale et politique majeure, débouchant sur la formation d’un large «parti arménophile». Dans cette étude passionnante, Vincent Duclert révèle l’histoire française de ce génocide tombé dans l’oubli. Il faudra attendre le 29 janvier 2001 pour que le Parlement, retrouvant la mémoire de ses engagements pour les Arméniens, adopte une loi de reconnaissance, tandis qu’intellectuels et historiens réinvestissent le champ de la connaissance du premier génocide.

—————————————–

Arménie - Au coeur de la mémoire de Hélène Kosseian ed. Rocher 17,90€
Arménie – Au coeur de la mémoire de Hélène Kosseian ed. Rocher 17,90€

Le samedi 24 avril 1915, à Constantinople, 600 notables arméniens sont arrêtés et jetés sur les routes de la déportation. Commence alors le premier génocide du XXe siècle. 1,5 million d’Arméniens périssent, principalement sur leurs terres historiques d’Anatolie orientale. Parmi ceux qui survécurent, certains gagneront l’éphémère Ire République d’Arménie. Lâchée politiquement, cernée militairement, étranglée économiquement, elle deviendra finalement une des républiques de l’Union soviétique.
D’autres Arméniens gagneront, dès 1921, des rivages plus cléments. Débarqués à Marseille, ils constitueront une main-d’oeuvre docile dans la France d’après-guerre. Et lorsqu’éclatera la Seconde Guerre mondiale, la plupart d’entre eux n’hésiteront pas à combattre l’occupant, armes à la main, que ce soit en France, dans les rangs de l’Armée rouge ou ailleurs. C’est alors qu’après une longue période de silence, des cris s’élèvent à Erevan le 24 avril 1965 : «Nos terres ! Justice ! Résolvez la question arménienne !» Cinquante ans après l’apocalypse, les habitants de la capitale arménienne commencent le combat pour la reconnaissance du génocide par les Etats et par l’héritière de l’Empire ottoman : la Turquie.
Un siècle plus tard, l’auteur, d’origine arménienne, se plonge dans le passé de l’Arménie et de ces souvenirs douloureux. Un essai qui permet de comprendre l’histoire et la mémoire de ce pays, alors que le débat autour de la mémoire du génocide arménien a fait couler beaucoup d’encre en France et dans le monde.

—————————————–

Arméniens - Le temps de la délivrance  de Gaidz Minassian ed. Cnrs 25€
Arméniens – Le temps de la délivrance de Gaidz Minassian ed. Cnrs 25€

Jamais le débat autour du génocide des Arméniens de 1915 n’a été aussi acerbe que ces dernières années, entre partisans des lois mémorielles et défenseurs d’une histoire libre. Pourquoi cette question suscite tant de passions ? Véritable plongée dans l’histoire et la culture arméniennes, cet ouvrage se propose d’explorer les spécificités de ce peuple qui semble prisonnier d’une logique de domination.
Le génocide de 1915 ne doit pas être le point de départ de l’identité nationale. L’histoire a commencé avant et s’est poursuivie après. Aux Arméniens de désacraliser 1915 afin de libérer la pensée et de désinhiber les comportements collectifs. Par le passé, les empires qui se sont imposés dans la région ont, en effet empêché l’Arménie de développer une tradition de souveraineté, d’autant que les frontières mouvantes ont rendu complexe le rapport des Arméniens à leur territoire.
Et la religion, prégnante, s’est souvent substituée à l’Etat pour organiser la société, et nourrir une vision mythifiée d’une nation multiséculaire. S’affranchir de la mémoire, s’émanciper des processus de domination et devenir le sujet de son propre destin : tels sont les enjeux actuels du peuple arménien.

—————————————–

Shoah et génocide arménien de Gérard Dédéyan ed. Privat 24,90€
Shoah et génocide arménien de Gérard Dédéyan ed. Privat 24,90€

Une étude comparative entre deux grands génocides qui ont marqué l’histoire : la Shoah et le génocide arménien.
À une année du 100e anniversaire du génocide des Arméniens et du 70e anniversaire de la libération des camps nazis (Auschwitz, Buchenwald, Mauthausen…), ce livre apparaît comme un véritable prélude à l’impérieux devoir de mémoire qu’imposent ces crimes contre l’humanité commis au début et au milieu du XXe siècle.

Ce livre examine, dans une perspective pluridisciplinaire, les points de convergence et les éléments de différenciation dans l’anéantissement des communautés arméniennes et syriaques lors de la Première Guerre mondiale, et des Juifs et des Tziganes pendant la Deuxième Guerre mondiale.
À partir d’une réflexion sur les concepts même de génocide et de Shoah, il étudie plus particulièrement : les processus d’extermination, le négationnisme, l’enseignement du génocide des Arméniens, de la Shoah et des autres massacres dans les établissements scolaires et universitaires, la mémoire des victimes et les lieux de mémoire.
Ce livre est l’un des tous premiers ouvrages de recrutement scientifique véritablement international à mettre en oeuvre une approche comparative du génocide des Arméniens – le premier génocide du XXe siècle – et de la Shoah, et à ouvrir la perspective sur le cas des chrétiens syriaques, des Yézidis, des sectes russes de l’Empire ottoman ainsi que sur celui des Tziganes pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Cet ouvrage collectif est issu d’un colloque international dirigé par Messieurs Gérard DEDEYAN et Carol IANCU.

—————————————–

Jugement à Istanbul - Le procès du génocide des Arméniens de Collectiif ed. Aube 26€
Jugement à Istanbul – Le procès du génocide des Arméniens de Collectiif ed. Aube 26€

Au lendemain de sa défaite lors de la Première Guerre mondiale, la Turquie ottomane dut faire face au crime commis en temps de guerre de la destruction de sa population arménienne. Une enquête diligentée par le gouvernement ottoman en 1919 présenta suffisamment de preuves préliminaires pour que fut organisée une série de procès impliquant les responsables de ces crimes. C’est le dossier de ces procès et les détails incomparables qu’ils livrent sur la planification et la mise en oeuvre de ces crimes atroces qui a réuni les deux chercheurs les plus éminents sur le génocide arménien, les professeurs Vahakn Dadrian et Taner Akçam. Ils ont compilé pour la première fois l’intégralité des documents des procédures judiciaires et ont situé ces découvertes dans leur contexte historique et juridique.

—————————————–

Arménie, une passion française - Le mouvement arménophile en France 1878-1923 de Claire Mouradian ed. Magellan et cie 28€
Arménie, une passion française – Le mouvement arménophile en France 1878-1923 de Claire Mouradian ed. Magellan et cie 28€

Histoire du mouvement arménophile en France de 1878 à 1923 et des échanges entre artistes et intellectuels français et arméniens.

—————————————–

L'étrangeère de Valérie Toranian ed. Flammarion 19€
L’étrangeère de Valérie Toranian ed. Flammarion 19€

Aravni garde farouchement le silence sur son passé. Sa petite-fille, Valérie, aimerait pourtant qu’elle lui raconte son histoire, l’Arménie, Alep, Constantinople et Marseille. Dans ce récit qui traverse le siècle, elle écrit le roman de la vie, ou plutôt des vies d’Aravni : de la toute jeune fille fuyant le génocide arménien en 1915 jusqu’à la grand-mère aussi aimante qu’intransigeante qu’elle est devenue, elle donne à son existence percutée par l’Histoire une dimension universelle et rend hommage à cette grand-mère « étrangère » de la plus belle façon qui soit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :